Extraits du STAGE organisé à LA CHATRE en MARS 1999 , animé par P. BIRER

SOMMAIRE

1°   LES  APPN

définition des APPN

principes  APPN

2°   ACTIVITE ESCALADE

présentation

contenus d’ enseignement

fiche  1 - 2 – 3  de niveaux d’habiletés motrices

3°  PRESENTATION DE CYCLES D ENSEIGNEMENT

1° cycle 3 ème

propositions pour 6 - 5 (1 ° CYCLE) et 4-3 (2°cycle)

présentation fiches évaluation 3°eme  motricité et performance


Les APPN et l’escalade

1-    Une définition des APPN

Faire des APPN, c’est aller d’un point à un autre, réaliser un trajet. Ce déplacement fait l’objet d’un projet ( choix d’itinéraire, réajustement ). Le pratiquant prend des décisions et les met en  œuvre pour réaliser ce projet de déplacement.

C’est ce type de pratiques qu’il serait souhaitable de privilégier à l’école, contrairement à certaines activités comme le golf ou le tir à l’arc dont le but n’est pas le déplacement du pratiquant, mais la balistique d’un mobile ( balle, flèche…..). De la même façon, en danse escalade, ski artistique, free style ( planche à voile ) ou en kayak surf, le but n’est pas de se déplacer d’un point à un autre mais de composer des mouvements en privilégiant l’esthétique.

De part leur logique interne, ces activités s’éloignent des objectifs choisis prioritairement pour les APPN à l’école. Elles peuvent cependant servir d’outil pédagogique à certaines étapes de l’apprentissage.

Les paramètres du milieu influencent le projet de déplacement : ce milieu de pratique peut-être qualifié de complexe, varié et parfois variable.

-  complexe par le nombre et la nature des éléments qui le composent. Ce milieu pose des problèmes d’organisation des informations au pratiquant.

-   varié par la grande diversité des lieux de pratique.

-   variable par le changement d’intensité de certains paramètres (vent).           

Les trois qualificatifs de « complexe », « varié » et « variable » suffisent donc à définir le milieu de pratique qui caractérise les APPN.

Dans les APPN, il y a une optimisation du déplacement. La recherche du rendement, de l’économie, de l’efficacité sont des objectifs de l’EPS. Le pratiquant doit apprendre à gérer les deux paramètres contradictoires que sont la vitesse et la précision, gérer en somme, le conflit vitesse-précision.


Pour conclure, on pourrait donner comme définition :

Faire des APPN c’est optimiser des déplacements en milieu complexe, varié et parfois variable en gérant le conflit vitesse-précision .

2 Des principes pour les APPN


      2. 1 – Un principe de choix de trajectoires

        Dans les APPN, la conduite motrice est dictée par le milieu qui peut-être assimilé à un ensemble de forces (vent, courant, pente) et d’obstacles ou contraintes. Le pratiquant doit connaître ces forces pour mieux les utiliser. Il doit concevoir un projet et le réguler tout en agissant.

Premier principe : « Faire des APPN, c’est concevoir des trajets économiques et cohérents par rapport aux forces et obstacles du milieu. »

2. 2 – Un principe d’efficience motrice

Chaque pratiquant est à la recherche d’efficacité motrice. Cette recherche l’amène à  tirer profit des forces qui sont présentes dans le milieu.

Il s’agit également de transmettre l’énergie au corps ou au système corps engin. Le Deuxième principe, tout comme le premier, peut se décliner pour chaque APPN en fonction de ses particularités.

Deuxième principe : « Faire des APPN, c’est donc mobiliser et transmettre les énergies (du milieu et de l’individu) de façon optimale. »

2. 3 – Un principe de sécurité

Les APPN sont souvent nommées «  activités à risques ». Or l’expérience montre que les APPN ne sont dangereuses que dans le cas d’une mauvaise gestion du risque. Cette gestion du risque apparaît donc comme primordiale dans une approche didactique des APPN.

La sécurité s’apprend, s’enseigne :

-        il faut adopter une attitude de sécurité : il s’agit en fait de rendre les comportements plus rationnels dans des activités où affectivité et stress sont omniprésents.

-        Il faut utiliser des démarches de sécurité : bon usage de matériel, reconnaissance du milieu, entraide. Ces démarches de sécurité obligent le pratiquant à évaluer le rapport entre ses compétences et la difficulté objective du milieu.

-        Il faut utiliser des savoir-faire de sécurité : c’est la conduite en cas d’urgence (savoir chuter, esquimauter, aider un partenaire).

 Troisième principe : « faire des APPN, c’est s’engager en sécurité. »

Les APPN : des activités de déplacements

BUT : Optimiser des déplacements dans un  milieu complexe, varié et parfois variable en gérant le conflit vitesse-précision.



Présentation de l’activité escalade

1 -  Historique

                  Au terme d’escalade on peut rattacher des formes de pratique très diverses : varappe, alpinisme, himalayisme, escalade sur S.A.E.1….

                  Au-delà des spécificités de terrain, qui différencient ces diverses formes de pratique, ce sont surtout les transformations des règles de jeux de grimper qui marquent l’histoire des pratiques d’escalade. Spécifiques à une époque, à une région, à un groupe de grimpeurs, ces règles sont demeurées souvent implicites. Le processus de sportivisation de l’activité engagé dans les années 1970 (JC Droyer) annonce l’universalisation de quelques règles que nécessite le passage de la compétition indirecte à la compétition directe.

                  Le modèle légitime de la pratique est une représentation sociale de l’activité élaborée par des conflits entre différents groupes sociaux. Dans le cadre d’une approche didactique des APPN, c’est ce modèle légitime de la pratique dont il est question.

                  Actuellement le modèle légitime de la pratique est une escalade :

-        à vue

-        en tête

-        en libre.

2 -  Logique interne de l’activité

                  On peut donner du grimper une définition (C.Dupuy).

                                « Le grimper peut se rapporter à une tache de locomotion active, dirigée, où l’individu assure son propre déplacement à l’aide de ses seuls instruments moteurs (en libre). Ce déplacement s’effectue dans un champ spatial sur un plan naturel ou artificiel, plus ou moins vertical, déversant, voire même totalement surplombant, sur un terrain inconnu (à vue). »

                  Par opposition à la danse escalade où le rocher n’a valeur qu’en tant que support, le but de cette locomotion set d’atteindre une vue ou le sommet de la voie. Pour des commodités d’analyse, on peut considérer que le but de grimper est le franchissement du « passage », c’est à dire l’espace à franchir délimité par 2 points de repos relatif.

 

3 – Spécificité de l’escalade en milieu scolaire

                  L’escalade est une activité de déplacement sur un support vertical et varié. C’est une activité mettant en jeu une motricité spécifique (posture inhabituelle, problèmes informationnels nouveaux, lutte contre la pesanteur, utilisation du micro-relief). Elle permet donc de développer des capacités originales vis à vis des autres APS.


                  L’escalade permet d’offrir à chacun des connaissances permettant l’organisation de sa vie physique future notamment par l’appropriation de conduites et de techniques de sécurité et par la gestion de potentiel physique.

                  L’escalade permet également l’accès à un domaine de la culture sportive.

                  Une enquête effectuée dans l’académie de Dijon a mis en évidence que pour les enseignants d’EPS, l’escalade développe la maîtrise de soi, le sens des responsabilités et l’amélioration de la connaissance de la nature.


4 -  Les objectifs prioritaires à l’école

                  L’entrée dans l’activité escalade est souvent réduite à la mise en place d’ateliers moulinette qui permettent des déplacements en toute sécurité.

                  Cette suppression systématique de l’engagement permet de développer l’éventail des réponses motrices.

                  Même à l’école la suppression des risques ne doit pas éliminer la dimension de l’engagement nécessaire à l’apprentissage d’une conduite de sécurité.

                  La compétence de l’enseignant doit lui permettre d’analyser les différents sites naturels de pratique, distincts par leurs équipements. Les objectifs de l ‘enseignant ne sont pas d’amener les élèves sur des terrains d’aventure.Mais il ne peut se limiter à l’utilisation des SAE. Son niveau de compétence doit lui permettre d’amener les élèves sur des sites sportifs  (voie d’une seule longueur) et ainsi d’envisager la transition entre SAE et milieu naturel.



Bibliographie :    Pratique de l’escalade         Salomon  vigier  Editions Vigot

Didactique de l’EPS    APPN en EPS    CRDP de bourgogne  


     Les contenus d’enseignement


1 -  Le grimpeur

                  L’analyse de l’activité donne, surtout si elle s’appuie sur des recherches scientifiques, un canevas possible d’organisation de situations pédagogiques. Bien que nécessaire cette analyse n’est pas suffisante.

                  En effet, la mise en évidence des taches à prendre en compte dans l’optimisation de la performance ne renseigne pas sur la façon dont le grimpeur les intègre et y répond. L’enseignant doit analyser, comprendre les représentations et les processus d’apprentissage divers du public auquel il s’adresse.

                  La mauvaise méthode serait la reproduction pure et simple du mode de pratique personnel de l’animateur.

                  La conduite motrice du grimpeur résulte de la confrontation entre les composants de la tache à réaliser et les ressources physiologiques, intellectuelles, affectives et morphologiques qu’il peut mettre en œuvre.

                  La prise en compte des problèmes posés par cette adaptation permanente de l’individu s’actualise dans la proposition de niveaux d’apprentissage, élaborés en terme de fondamentaux pédagogiques et exprimés au travers de la proposition d’objectifs et de capacités à acquérir.

Liaisons entre les paramètres constitutifs de l’escalade et les fondamentaux pédagogiques

Analyse de l’activité

Fondamentaux  pédagogiques

Ressources de l’individu

Complexité informationnelle

S’informer

Bio-informationnelles

Contrôle Postural et segmentaire

S’équilibrer  Se déplacer

Pointer

Morphologiques

Bio- mécaniques

Exposition

S’engager

Se sécuriser

Affectives Culturelles

Psychologiques

Intensité athlétique

Gérer son effort

Bio –énergétiques

2 – Précautions pédagogiques


Faire que l’escalade ne soit pas perçue comme une activité dangereuse et éprouvante psychologiquement demande le respect de quelques principes pédagogiques :

            -        Utiliser un site facile d’accès(en falaise) et peu dangereux , connu au préalable de l’enseignant  les voies doivent être suffisamment regroupées pour une surveillance facile.

-        Respecter la psychologie des participants en adaptant les situations aux réactions affectives des individus.

-        Motiver , faire adhérer le groupe avec des situations permettant la réussite immédiate.

-        Solliciter la responsabilité et l’autonomie des élèves en instaurant des groupes d’affinités et de niveaux assez proches( également de corpulences voisines).

-        Fixer pour la (ou les) première(s) séance(s) une hauteur limite d’évolution (environ 3m) tant que l’assurage n’est pas tout à fait fiable. La mise en place de tapis de réception permettra des chutes non traumatisantes (en SAE).

3 – Aborder l ‘activité

                                     Un grimpeur débutant ou expert est contraint à la réalisation des tâches suivantes :

ESCALADER

1  s informer

2  s équilibrer  se déplacer

3      S’engager se sécuriser

4  gérer son effort

La conduite motrice s’ exprime au carrefour de ces quatre composantes .Ces dernières n’apparaissent pas du tout de la même façon suivant la maîtrise et le tempérament de chacun

Les premiers contacts demeurent éprouvants et les réactions affectives donnent à privilégier , au début, la confrontation au risque et son appropriation progressive.

La perception objective du risque est un passage obligé de la disparition du comportement du débutant.

La relation « s’engager – se sécuriser » s’impose comme premier objectif du travail avec des débutants.


FICHE NIVEAU 1          ESCALADE EN MOULINETTE

S’informer pour   décider

suivre la voie grâce à la corde ou aux points d’assurance

décentrer son regard des premières prises

explorer, sélectionner les prises efficacement pour l’action à venir

S’équilibrer

Se déplacer
         

se tenir sur les pieds pour éviter l’action dominante des bras

coordonner les actions de jambes et de bras(poussée jambes et traction bras)

placer l’avant pied (gros orteil) sur les prises

S’engager             

Se  sécuriser     

 

maîtriser son émotion en évaluant les risques de la situation avec objectivité ( ne pas se coller à la paroi, garder la tête mobile, ne pas trembler)

poursuivre son action jusqu'à la limite de ses capacités(ne pas s’arrêter par manque d’audace)

Gérer son effort

passer d’une action explosive à une motricité plus adaptée à la situation

Maîtrise  de la sécurité

NIVEAU  1

être capable de s’encorder seul (double huit)

maîtriser sa descente

assurer en toute sécurité avec la technique 4 temps

connaissance de l’utilisation du matériel (baudrier, corde ,descendeur,

   mousqueton à vis)et du vocabulaire spécifique : sec, mou, avaler 


FICHE  NIVEAU 2         ESCALADE EN TETE SUR SAE

S’informer  pour décider

déchiffrer l’itinéraire , les types de prises, les différentes séquences du grimper(passage facile, difficultés)

essayer plusieurs solutions en cas d’échec

S’équilibrer

Se déplacer

placer le poids du corps au- dessus de l’appui ou replacer l’appui sous le centre de gravité

utiliser les oppositions( pieds , mains) et l’adhérence

utiliser les prises de façon utile  à son déplacement sans tâtonner

placer ses pieds précisement en fonction de l’effet recherché

S’engager

Se sécuriser

évaluer correctement ses capacités par rapport à la difficulté

maîtriser les règles de sécurité pour permettre la prépondérance du raisonnement

objectiver,accepter la chute

Gérer son  effort

rythmer sa progression en fonction des caractéristiques de la voie

utiliser les positions de moindre effort pour se reposer

Maîtrise de la sécurité

NIVEAU   2

-        être capable de grimper en tête,de placer correctement les dégaines et la corde dans le mousqueton

-        assurer le premier de cordée en toute sécurité (parade, vigilance permanente, dosage du mou)


NIVEAU  3      ESCALADE  EN  TETE  SUR  SAE ET    SITES   SPORTIFS

S’informer pour

décider

pouvoir mémoriser plusieurs actions avant de grimper

utiliser les PME pour affiner l’analyse de la section à venir

S’équilibrer

Se déplacer

utiliser des prises de plus en plus petites et précises( pose pieds , placement des doigts)

mettre en jeu des techniques d’opposition plus complexes pour trouver une équilibration dans toutes les positions et pour exploiter les possibilités des différentes lignes d’appuis

utiliser les prises de pieds prioritairement , les bras assurant surtout l’équilibration

orienter le bassin vers la prise de pied à venir pour faciliter la pose et la charge du poids sur les pieds

S’engager

Se sécuriser

accepte de s’engager avec maîtrise au dessus d’un point d’assurage dans  une voie inconnue proche de son niveau maxi                                 

Gérer son  effort

alterner  les phases toniques et de relâchement suivant la difficulté pour permettre l’économie de ses capacités

gère au mieux le couple « vitesse- précision » pour parvenir au meilleur résultat

Maîtrise  de  la  sécurité

NIVEAU  3

être capable de grimper en tête, de passer la corde dans l’ ancrage supérieur et de redescendre en rappel en toute sécurité avec un auto- bloquant

être capable de lire et d’interpréter  un topo

être capable d’estimer l’équipement des voies : qualité et placement des points d’ancrage( retours éventuels)

connaître les nœuds suivants : double-pêcheur , sangle , vache

ESCALADE 3ème 1er Cycle (de 8 à 10 séances)

 

OBJECTIFS du cycle : - acquérir les habiletés motrices du niveau 2 en technique de moulinette

Etre capable de grimper des voies de niveau 4 – 5.        

S1    OB : - maîtriser la sécurité des grimpeurs.

               - placer les élèves en condition de réussite.

               - maîtriser les appréhensions du départ par une organisation sécurisante.


1  Echauffement : -à prise contact avec les prises, la structure. ( 5 mn )

-traversée horizontale de la structure avec toutes les prises

- 2 groupes ( 1 par moitié )

- limite des premières plaques à ne pas dépasser en hauteur.

- placer  des tapis de gymnastique devant la structure.


2 Explication de l’organisation du groupe.

A) –présentation du matériel : -baudrier

                                             - système d’assurage

                                              - cordes

B) – s’équiper :

                                         - placement baudrier correct ( retour )  VERIFICATION

C) –mise en situation, démonstration :

                                         - le grimpeur place un mousqueton à vis sur le pontet central ,     (pas de nœud ) il y a un nœud de vache sur la corde.

                                         - démonstration de l’assurage ( par le prof ) 4 temps

                                         - Essai de montée sur 3 m puis descente maîtrisée.


3  Mise en place pour grimper.


- constituer des groupes de 3 de corpulence voisine : 1 grimpeur, 1er assureur, 2ème assureur.( avec descendeur pour chaque assureur )

- se placer devant une voie adaptée en difficulté.

- VERIFIER  : - le baudrier

                       - la corde ( nœud ) et le mousqueton.

                       - l’assurage correct ( effectuer plusieurs essais avant de grimper)

- lors de la 1ère montée, essai de descente vers 3 m de hauteur

- chaque élève doit essayer les 3 postes ; 2 à 3 montées chacun en fonction du temps.


4  Rangement  ( 7 – 8 mn )

    -comptage précis du matériel et rangement avant le départ.


S2   OB : Idem  S1 .En plus : - manipulation du matériel en vérifiant en permanence pour prévenir une erreur toujours possible, devenir autonome en sécurité.


1 Echauffement :

  - traversée avec toutes les prises ( 2 groupes )

2 Mise en situation (Voir 3 de la S1 ) à maîtrise de la sécurité pour arriver à l’autonomie de chaque groupe

   - contrôle permanent de l’enseignant.

   - 2 à 3 montées avec rotation des postes

3 Essai sur une autre voie avec permutation de groupes.

                                                       à    arriver à l’autonomie du groupe


S3    OB : - se tenir sur les pieds pour limiter l’action des bras

                 - trouver l’équilibration avec 3 appuis

                 - lire la voie pour sélectionner les prises à utiliser.

 1 Echauffement :

  - traversée ( 2 groupes ) avec 2 départs par groupe et croisement : à jeu, recherche d’équilibre.

2 Grimpe verticale. Par 3 dans une voie au choix : objectif à réfléchir sur le grimper.

     A)    Vérifier les 3 points : - baudrier

                                         - nœud ( vache sur corde ) avec mousqueton.

                                         - assurage 4 temps

     B)   Avant de grimper, décider :

                                               - le trajet à effectuer (1,2 ou 3 couleurs ) avec les prises à utiliser.

     C)  En grimpant :                 1 garder toujours 3 appuis

                                           2 placer le poids sur les pieds pour relâcher les bras

                                           3 sur un plan incliné, 1 main dans le dos pour rendre les appuis pieds impératifs.

3 Permutation avec un autre groupe ;

4 Rangement précis et comptage du matériel

   -expliquer le lovage des cordes


S4    OB : Idem S3 + nœud double huit à effectuer


  1 Echauffement :

   - traversée idem S3

   - assouplissement : jambes, bassin, épaules.

 2   Escalade verticale : Par 3 avec rotation des groupes.

A)     S’équiper en vérifiant les 3 points de sécurité ( NE JAMAIS OUBLIER )

B)     Escalader 2 fois à la suite une voie moyenne : -à avec obligation de changer de méthode à la 2 ème escalade pour effectuer une autre lecture.

C)     Escalader une voie moyenne : aller toucher chaque plaquette de la voie d’à côté puis revenir dans sa voieà réequilibration, placement poids sur l’appui

 3 Rangement précis et comptage du matériel


S5    OB :   - Rythmer sa progression

                   - Utiliser des oppositions

                   - connaissance de l’évaluation

   1 Echauffement : Idem  S4

        Présentation de l’évaluation et des niveaux de performance ( 3, 4, 4+, 5 etc. )

   2 Escalader une voie  facile : A) le plus vite possible

                                             B) très lentement, en regardant la pose précise et douce de ses pieds

   3 Dans  une voie moyenne : placement  de la cordelette pour délimiter un couloir interdit plus ou moins large à trouver des appuis d’opposition.

   4 Rangement collectif : idem


S6    OB :  - Explorer l’espace, placer le poids au-dessus de l’appui

                   - Se placer dans une situation inconnue

  1 Echauffement : traversées et assouplissements

  2 Escalade dans une voie verticale ou inclinée riche en prises :

                        A : choisir une grosse prise puis trouver autour sans la lâcher une seconde

      à explorer, se rééquilibrer, effectuer des changements de pieds et des pieds-mains impérativement.

                        B : placer 2,3, ou 4 cerceaux sur des prises saillantes au hasard ou pour imposer un parcours précis  Changer l emplacement dès que chacun a grimpé.

  3 Rangement et comptage précis.


S7     Si possibilité : Déplacement vers un site naturel proche.

      Avant la sortie, il faut : - obtenir l’ordre de mission du chef d’établissement

                                       - prévoir un encadrement supplémentaire

                                       - connaître le site et ses caractéristiques (qualité équipement, absence de danger, facilité de surveillance )

S8     Evaluation de fin de cycle : ( non mixte )


S9

        - préparer la SAE pour que les voies ne soient pas connues.

        - interdire l’utilisation de chaussons pour respecter l’égalité.

        - utilisation des grilles d’évaluation présentées

        - proposer des voies qui nécessitent les thèmes moteurs travaillés : avec des prises pieds utilisables en tennis, des prises en opposition, une ou deux adhérences, quelques prises inutiles, des changements de pieds, de mains, des prises de repos.


PROPOSITIONS  POUR  UN  CYCLE  6 , 5eme

 

Parmi les 4 composantes de l’action de grimper, c’est bien la maîtrise de l’engagement émotionel qui s impose comme objectif prioritaire pour le jeune débutant

Cette maîtrise dépend elle même étroitement de la capacité à pratiquer en toute sécurité avec le matériel ( voir cycle 3 eme)   Ces deux paramètres fondamentaux peuvent être à la base d’un cycle de 6, 5 eme débutants

Les autres composantes du grimper ne peuvent pas être ignorées mais on peut relativiser leur importance en proposant une évaluation adaptée:

Exemple :

1)lecture :  2

2)déplacement : 2

3)maîtrise émotionnelle : 3

4)gestion de l’ effort : 1

5)maîtrise sécurité : 6

                  total : sur 14 points + performance sur 6


Pour ce niveau,les formes globales et jouées paraissent bien adaptées( après le travail de l’assurage)

Par groupe de trois (un grimpeur,deux assureurs) :

- aller accrocher une sangle , ficelle ou tout autre objet en haut de la voie puis faire récupérer par les partenaires

- escalade défi : grimper la voie avec 1 cerceau accroché, puis 2,3, ou 4  Peut se proposer plusieurs séances

-mimer l’escalade d’un éléphant ,d’un serpent, d’un singe

- escalade relais (avec un très bon assurage ou imposer une hauteur limite sans assurage mais avec tapis de réception)

-  tenir 1 ou 2 balles de tennis dans les mains

- grimper les yeux bandés

- placer une cordelette pour délimiter un secteur interdit ou autorisé

 


POUR UN SECOND CYCLE EN 4 , 3 eme

Avant  toute chose,il faudra évaluer les acquis du cycle précédent, car les brassages d’élèves sont très fréquents entre niveaux et certains peuvent avoir des lacunes ou avoir oublié tout simplement

Si la sécurité en moulinette  semble acquise,on pourra vers la troisième séance,proposer l’escalade en tête pour les volontaires (50/°de la classe  maxi ) sous la forme d’ateliers surprotégés avec tapis de réception  Les deux pratiques peuvent donc facilement se concevoir ensemble pour mieux répondre a la sensibilité des élèves et au souci de sécurité de l’enseignant Bien sûr  , l’évaluation en tête devra tenir compte de cette différence :

-        par une diminution du barême des performances(1 a 2 niveaux)

-        par une augmentation de l’importance de l’engagement

-        par une augmentation de la maîtrise technique(mousquetonnage,assurage)


EVALUATION   ESCALADE  MOTRICITE    3 eme 

1  LECTURE  PRISE D INFORMATIONS:  sur 3 points

DECHIFFRER L ITINERAIRE  POUR CONSTRUIRE  LE  TRAJET  LE  PLUS  EFFICACE

EN  SELECTIONNANT  LES PRISES UTILES .

ESSAYER  PLUSIEURS  SOLUTIONS  EN CAS  DE  DIFFICULTES

2  EQUILIBRATION,  ORGANISATION  DU  DEPLACEMENT  :    sur  3  points

SE  TENIR  SUR  LES  PIEDS  POUR  EVITER  L  ACTION  DOMINANTE  DES  BRAS

PLACER  LE  POIDS  DU  CORPS  AU  DESSUS  DE  L  APPUI

UTILISER  DES  OPPOSITIONS  SIMPLES  ET  L  ADHERENCE     ( SI NECESSAIRE  POUR LA VOIE ) 

3  MAITRISE  DE  L  ENGAGEMENT:sur  1  point

 MAITRISER  SON  EMOTION

4  GESTION  DE  L  EFFORT:   sur  1point

 RYTHMER  SA  PROGRESSION  EN  FONCTION  DES  CARACTERISTIQUES  DE LA  VOIE

 5  MAITRISE  DE  LA  SECURITE:  sur  2  points

 CONNAITRE  LE  MATERIEL  ET  L  UTILISER  CORRECTEMENT:  baudrier, mousqueton,  descendeur

 COMMUNIQUER  AVEC  SON  PARTENAIRE :  sec ,mou ,avale

 S  ENCORDER  AVEC  LE  NOEUD  DOUBLE  HUIT

 ASSURER  EN  SECURITE  AVEC  L  ASSURAGE  4  TEMPS

 EVALUATION  MOTRICITE :  SUR  10  POINTS


EVALUATION   ESCALADE   PERFORMANCE  3eme

EN  TECHNIQUE  MOULINETTE , CORDE  MOLLE,  AVEC  DES  TENNIS.

CHOISIR   UNE   VOIE   PARMI  LES  TROIS  PROPOSEES :

 

3+

4+

5  B 

5C

Filles

/5

/7,5

/10

 

Garçons

 

/5

/7.5

/10

                                                 

CHAQUE  NIVEAU  ATTEINT  (  PLAQUETTE)  PROCURE:

 

3+

4+

5  B 

5C

Filles

1, 25

1 , 5 

2  POINTS

   

Garçons

 

1, 25

1 , 5 

2  POINTS


REMARQUE :  ON  POURRA  AUTORISER  DEUX  ESSAIS  EN  CAS  D  ECHEC  AVANT  LA PREMIERE  PLAQUETTE OU DEMANDER DE CHOISIR UNE VOIE PLUS FACILE

 

NOTE /20   = NOTE  PERF/ 10  +  NOTE  MOTRICITE/10

 

retour accueil